L’assurance vie est un dispositif d’épargne extrêmement souple. Il vous permet de capitaliser les sommes d’argent investies tout en profitant d’avantages fiscaux intéressants.

En effet, la fiscalité est nulle lors de la phase d’épargne.

Autrement dit, tant que vous placez de l’argent sur votre assurance vie et que vous ne récupérez pas votre mise additionnée des éventuels produits financiers, vous ne paierez pas d’impôts.

A la sortie, c’est-à-dire au rachat total ou partiel de votre assurance vie, vous devrez vous acquitter des impôts. Ces derniers seront très faibles au regard de la fiscalité applicable sur des dispositifs financiers équivalents.

Enfin, si vous pensez à vos héritiers, l’assurance vie est une solution parfaite pour augmenter le montant que vous léguerez à votre descendance !

Je vous propose d’entrer un peu plus en détail dans le fonctionnement de l’assurance vie. Nous verrons ensuite comment choisir une assurance vie performante qui répondra à tous vos besoins financiers !

assurance vie avis

Ce que je pense du fonctionnement de l’assurance vie

L’assurance vie est, à mon avis, un dispositif très simple et souple vous permettant d’épargner et d’investir dans des produits financiers relativement simples.

Les rentabilités espérées peuvent être très supérieurs à ceux que vous avez l’habitude de retrouver dans les livrets classiques des banques.

Les fonds disponibles

L’assurance vie est une enveloppe fiscale dans laquelle vous pouvez introduire des produits financiers différents. On parle d’assurance vie multisupport :

  • Le fonds euros : il s’agit d’un produit à capital garanti (vous êtes sûr de ne pas perdre d’argent) ;
  • Les unités de compte : des fonds dont la valeur fluctue à la hausse ou à la baisse, avec plus ou moins d’amplitude selon le niveau de risque du fonds. En contrepartie d’un risque plus élevé, vous avez, en moyenne, un taux de rendement plus élevé. On retrouve des noms différents pour désigner les fonds : OPCVM, UC, SICAV, FCP etc. parfait pour diversifier !

Afin de satisfaire des clients de plus en plus exigeants, les intermédiaires financiers proposent de plus en plus de produits innovants. On retrouve ainsi, logeables dans les assurances vie, des SCPI, OPCI qui sont des produits immobiliers.

Certains assureurs proposent également des fonds euro « boostés » afin de proposer un taux de revalorisation plus élevé tout en garantissant une grande partie du fonds.

Les versements et les rachats de l’assurance vie

Vous pouvez verser autant d’argent que vous le désirez sur une assurance vie. Les montants ne sont pas plafonnés non plus.

Vous pouvez également récupérer les sommes placées (majorées des intérêts) quand vous le souhaitez. Aucun montant n’est bloqué.

Par ailleurs, vous pouvez ouvrir autant d’assurances vie que bon vous semble. Il n’existe aucune loi limitant le nombre d’assurance vie par souscripteur.

Généralement, une assurance vie est dite viagère. Elle est ouverte pour une durée indéterminée

La fiscalité sur les intérêts

Vous devez retenir une seule date : 8 ans depuis la souscription de l’assurance vie.

Au-delà, vous ne payez pas de fiscalité sur les intérêts générés dans la limite de 4 600€ d’intérêts (ou 9 200€ pour un couple). La part des intérêts qui excèdent 4 600€ sont imposés à 7,5%.

Avant 8 ans, vous devez vous acquitter de la flat tax à 30%.

Notez que les fonds en euros sont annuellement prélevés au titre des contributions sociales (prélèvements sociaux) de 17,2%.

J’ai résumé ici le régime fiscal de l’assurance vie, vous plus de détails, vous pouvez vous reporter à mon article sur la fiscalité de l’assurance vie.

Les frais de succession

L’un des avantages de l’assurance vie est de permettre au souscripteur de diminuer son assiette successorale. L’assurance vie est en effet régie par le code des assurances et a un fonctionnement à part concernant la succession. En plaçant son argent sur une assurance vie, il exonère ses bénéficiaires de droits de succession dans la limite de 152 500€ par bénéficiaire.

Pour cela, vous devez compléter votre clause bénéficiaire. Par défaut, celle-ci fera profiter de votre succession vos héritiers. Vous pouvez néanmoins désigner qui vous souhaitez sur cette clause.

Ainsi, si vous souhaitez léguer votre patrimoine financier de 300 000€ à vos deux enfants en parts égales, ils ne paieront pas de frais à votre succession. En revanche, si vous placez cet argent sur un autre actif, comme un bien immobilier ou un compte titre par exemple, les frais de succession passent à 60 000€ !

En effet, pour un héritage en ligne directe, vous devez appliquer le barème successoral.

La gestion de l’assurance vie : des avis divergents

Selon l’assureur que vous choisirez, vous disposerez d’une quantité plus ou moins importante de fonds. Généralement, vous aurez le choix entre plusieurs fonds en euros.

Néanmoins, le nombre d’unités de compte peut être très conséquent. Ce qui peut être une bonne chose à première vue. Cependant, vous devrez vous focaliser également sur la qualité de ces fonds.

Les différents types de gestion d’une assurance vie

Pour vous faciliter la tâche, certains assureurs vous proposent différents types de gestion de votre assurance vie :

  • La gestion sous mandat : La gestion sous mandat est réservé aux gros patrimoine. Vous disposez de l’aide d’un conseiller en gestion de patrimoine pour vous aiguiller sur les bons choix à opérer sur votre assurance vie. On retrouve de plus en plus de mandat de gestion accessible à partir de quelques milliers d’euros. Attention toutefois à la qualité de ces mandats et surtout à l’indépendance du gestionnaire !
  • La gestion profilée : l’assureur vous laisse le choix entre plusieurs profils de gestion. Ils seront plus ou moins rentables (et aussi risqué). A adapter selon votre objectif.
  • La gestion libre : vous devez vous-même choisir vos fonds. Le travail peut être important et les erreurs nombreuses ! Ce type de gestion est donc réservé aux experts.

L’avis des épargnants sur les types de gestion à retenir est différents selon leurs objectifs.

Si vous souhaitez simplement épargner durant quelques années, souscrivez à une assurance vie en gestion libre pour acquérir des fonds euros.

Si vous avez un gros patrimoine et que vous souhaitez déléguer, choisissez un mandat de gestion ou offrez-vous les services d’un conseiller en gestion de patrimoine. A mon avis, cela sera bien plus bénéfique pour vos finances !

A présent, si vous n’avez pas un gros patrimoine, que vous souhaitez investir sur une durée de 10 ans et que vous êtes perdus face à tous les choix d’assurance vie possible, sachez que je ne facture pas d’honoraires à mes clients pour leur délivrer des conseils sur le choix de leur assurance vie. Vous pouvez me contacter pour cela !

Les services d’un conseiller en gestion de patrimoine

Enfin, en passant par un conseiller en gestion de patrimoine, vous pouvez bénéficier d’une recommandation personnalisée en fonction de votre profil de risque et de votre horizon de placement. Vous bénéficierez d’une assurance vie cohérente avec vos objectifs patrimoniaux.

Pour cela, le CGPI s’appuie sur une assurance-vie et des fonds de qualité. Son indépendance lui permet de vous proposer des fonds en fonction de vos intérêts et non de ceux de la banque ou de l’assureur.

Comment trouver la meilleure assurance vie

Il est difficile de répondre à cette question. Le nombre d’assurance vie est important. On trouve de très bonnes comme de très mauvaises assurances vie.

Le choix se fera sur les fonds disponibles dans l’assurance vie et notamment leur qualité (à mettre plus en avant que leur quantité).

Ce qui différenciera surtout un bon produit d’un autre sera la gestion et le suivi (le pilotage du rendement et du risque de l’assurance vie). Choisir une assurance vie et le conseil financier adéquat est la meilleure assurance pour bénéficier de très bonnes performances, en adéquation avec la raison de l’investissement.

Au titre d’un comparatif assurance, nous pouvons citer quelques assureurs et intermédiaires distribuant des assurances vie :

  • Afer ;
  • Aviva ;
  • Apicil ;
  • Macif ;
  • Mif ;
  • Maaf ;
  • Allianz ;
  • Axa ;

N’hésitez pas à comparer les banques !

Les frais de gestion

Les types de frais de gestion

Les frais de gestion peuvent être de plusieurs natures :

  • Les frais sur les versements : prélevés sur les versements du souscripteur ;
  • Les frais de gestion : prélevés annuellement sur l’encours de l’assurance vie ;
  • Les frais de sortie : aujourd’hui, il n’y a pratiquement plus d’assurance vie qui demandent des frais de sortie. Ce sont des frais qui sont prélevés sur le montant racheté.

Etude de marché des frais

Couramment, les frais de gestion se répartissent de la manière suivante :

  • Banque en ligne : 0% de frais sur les versements et 1% par an de frais de gestion ;
  • Banque traditionnelle : 2% de frais sur les versements, 2% de frais annuel et même 1% à 2% de frais sortie ;
  • CGPI : jusqu’à 5% de frais sur les versements, des frais de gestion qui peuvent dépasser 2% annuel. La plupart des CGPI facturent en sus des honoraires.

Notez que ces frais sont modulables selon le montant investi. Plus la somme est importante et plus votre intermédiaire pourra faire des concessions et baisser le taux de frais.

Mon avis sur les frais de gestion

Assurez-vous que les frais de gestion soient justifiés.

Personne n’aime payer trop cher un service mais certains frais sont parfois justifiés et vous permettent de gagner davantage d’argent. Ayant une vision long-terme : il faut mieux payer un ou deux points de frais en plus sur les versements pour obtenir 2% ou 3% de plus chaque année.

Au bout de 10 ans, vous aurez gagné plus de 30% en plus sur votre capital !

N’oubliez pas que chaque frais a un calcul et un impact bien différent sur le capital épargné !

Des frais sur les versements ne sont prélevés qu’une fois.

Les frais de gestion sont prélevés tous ans. Ils viennent petit à petit grignoter le capital fructifié.

Les frais de sortie sont prélevés une seule fois mais à la sortie, donc également sur tous les intérêts générés depuis l’ouverture de l’assurance vie.

Je pense que vous devriez donc systématiquement regarder la quantité de frais payée sur la durée de placement souhaitée.

Si vous investissez durant 20 ans, préférez un contrat avec 5% de frais sur versement et 1% de frais de gestion plutôt qu’un contrat sans frais sur versements et 2% de frais de gestion ! En effet, vous paierez approximativement 25% de frais au total avec la première solution mais 40% avec la deuxième !

De plus en plus de banque en ligne et de courtiers en assurance présentent des assurance vie avec 0% de frais d’entrée. Vérifiez tout de même les frais de gestion, ce sont eux qui détruirons les intérêts générés par votre contrat d’assurance vie sur le long terme.

Des frais réduits, cela est tentant mais quel service avez-vous pour ce prix dérisoire ?

Pas grand-chose au niveau du conseil malheureusement… Vous êtes livré à vous-même pour choisir vos fonds.

A vouloir économiser sur tous les frais, vous vous privez d’indépendance. Certains assureurs mettent des fonds en avant sur leur site web, loin d’être les plus rentables, car ils obtiennent de meilleurs rétro-commission…

Comme on le dit souvent, il faut mieux un bon conseil payant qu’un mauvais gratuit !

 

Plus d’informations :