Calcul assurance-vie : notre simulateur financier

Publié par Cyrille le

calcul assurance-vie

Le calcul de votre épargne sur un contrat d’assurance-vie

Vous souhaitez placer votre argent sur un contrat d’assurance-vie et vous vous demandez quel sera le montant capitalisé au bout de plusieurs années ?

Pour calculer ce montant, vous devez vous munir :

  • De la durée prévisionnelle du placement ;
  • Du rendement espéré de votre assurance-vie ;
  • Des sommes placées à l’ouverture et chaque mois.

L’horizon de placement de votre assurance-vie

En fonction de votre projet : se constituer une épargne, placer pour sa retraite ou ses enfants… vous devrez considérer votre placement sur une certaine durée.

Sachez que plus la durée est longue et plus les gains seront exponentiellement importants. En effet, les rendements fonctionnent selon la mécanique des intérêts composés.

Le rendement de l’assurance-vie

Il existe deux types de fonds que vous pouvez loger au sein de votre contrat d’assurance-vie : les fonds euros et les unités de compte.

Les fonds euros ont l’avantage d’avoir une valeur garantie par l’assureur. Autrement dit, vous êtes sûr de ne pas perdre d’argent lorsque vous placez votre capital sur des fonds euros. L’inconvénient majeur est le rendement, qui baisse chaque année. En 2019, le rendement moyen des fonds euros était de 1,5% net.

Les unités de compte présentent des caractéristiques très différentes, en fonction de la politique de gestion du gérant du fonds. Certains sont positionnés sur des actifs peu risqués, comme les obligations court-terme ou l’immobilier. D’autres s’exposent sur des valeurs cotées en bourse assez volatiles.

C’est à vous ou à votre conseiller financier de faire un choix opportun et construire une allocation sur-mesure pour votre assurance-vie.

Cette allocation d’assurance-vie dépendra beaucoup de la durée de placement et de votre profil de risque. Globalement, les rendements nets espérés sur mes contrats d’assurance-vie sont les suivants :

  • Profil sécurisé : environ 1% ;
  • Profil prudent : environ 3% ;
  • Profil équilibré : environ 5% ;
  • Profil dynamique : supérieur à 6%.

Les sommes placées sur l’assurance-vie

Vous pouvez effectuer un versement initial lors de l’ouverture de votre contrat d’assurance-vie.

Si vous placez votre capital sur le long-terme et que vos fonds sont relativement dynamiques, il peut être opportun de le compléter par des versements mensuels. Cela vous permettra d’acquérir des fonds à des prix décotés lors des baisses sur les marchés financiers.

Le simulateur d’assurance-vie

 

La fiscalité de l’assurance-vie

Les rendements complétés dans le simulateur d’assurance-vie sont nets de fiscalité. Cela signifie que le taux renseigné prend en compte la fiscalité.

Pour l’assurance-vie, les taxes dépendent des fonds et de la durée d’investissement. Elles sont dues uniquement lors du retrait.

Si vous investissez sur une durée inférieure à 8 ans, vous devrez vous acquitter des impôts et des charges sociales pour un montant total de 30% (PFU, aussi appelé flax-tax).

Ce taux de 30% s’applique sur les intérêts générés. Autrement dit, si vous retirez 1 000€ qui se composent de 800€ de capital et de 200€ d’intérêts, les 30% s’appliqueront uniquement sur les intérêts. Votre retrait sera donc de 1 000€ – 200€ x 30% = 940€ après paiement des impôts et des charges sociales (CSG CRDS).

Si vous êtes suffisamment patient et que vous attendez 8 ans après l’ouverture de votre contrat pour faire les premiers retraits, vous serez exonéré d’impôts sur la part de plus-values supérieure à 4 600€ annuel (9 200€ pour un couple). Au-delà de cet abattement, vous devrez vous acquitter de 7,5%.

Par exemple, si vous retirez 100 000€ après 8 ans et que cette somme se compose de 80 000€ de capital et de 20 000€ d’intérêts et de plus-values :

  • Exonération d’impôt sur les premiers 4 200€
  • Imposition à 7,5% sur 15 800€

Soit un retrait net d’impôts de 100 000€ – 15 800€ x 7,5% = 98 815€.

Notez que si l’investisseur le peut, il est préférable de faire le retrait sur plusieurs années. En effet, l’abattement est annuel. Il se recharge donc chaque année après avoir été consommé.

Dans tous les cas, les prélèvements sociaux sont dus sont les unités de compte. Les prélèvements sociaux étant payés chaque années sur les fonds en euros.

Convertir une assurance-vie en rentes viagères

Si vous possédez déjà une assurance-vie correctement capitalisé, il peut être intéressant de demander à l’assureur de convertir ce capital en rentes viagères.

De cette manière, vous vous assurerez d’une rente mensuelle jusqu’à la fin de vos jours. Demander la conversion de son capital en rentes est donc une manière de financer sa longévité car vous êtes assuré de percevoir une rente et, ainsi, de ne pas manquer de capital.

Pour calculer votre rente, l’assureur va estimer votre espérance de vie selon une table de mortalité et appliquer un taux d’actualisation et de capitalisation.

Comment sont fiscalisées les rentes viagères ?

Les rentes viagères sont des revenus soumis aux prélèvements sociaux.

La part de la rente soumise à fiscalité dépend de l’âge du souscripteur lors de la conversion :

  • 70% si le souscripteur a moins de 50 ans ;
  • 50% si le souscripteur a entre 50 ans et 59 ans ;
  • 40% si le souscripteur a entre 60 ans et 69 ans ;
  • 30% après 70 ans.

La rente ainsi abattue entre dans le calcul du revenu global de l’assuré. La rente est donc fiscalisée au taux marginal d’imposition.

 

Plus d’informations :


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.