Je me suis posé la question de devenir conseiller en gestion de patrimoine il y a maintenant quelques années.

Si vous lisez ces lignes aujourd’hui, c’est que vous envisagez probablement d’être conseiller patrimonial.

Je vais donc vous donner mes conseils et ma vision du métier de conseiller en gestion de patrimoine que j’exerce aujourd’hui.

Afin de préparer au mieux votre projet professionnel, je vous propose vous expliquer comment vous reconvertir facilement dans le métier de conseiller en gestion de patrimoine indépendant : avec ou sans diplôme, compétences techniques, qualités relationnelles etc.

Le consultant patrimonial conjugue expertise technique et relationnel

L’expertise technique pointue du conseiller en gestion de patrimoine lui permet de se démarquer de ses principaux concurrents (banque, courtier etc.). Il devient l’interlocuteur privilégié de ses clients pour toutes les questions financière. C’est la raison pour laquelle je noue des relations extraordinaires avec mes clients. Tant que nous remettrons l’humain au cœur des échanges, je pense que nous pourrons continuer à travailler de manière pérenne. Et peu importe les menaces qui planent sur notre activité : les banques en ligne, l’intelligence artificielle, la blockchain etc.

expertise technique

Je pense qu’aujourd’hui, peu de métiers me permettent de me rendre compte de l’impact que peut avoir mon conseil patrimonial sur la vie de mes clients : préparer sa retraite, financer l’étude de ses enfants, concrétiser un projet etc. Il m’arrive de travailler avec des clients étaient dans le brouillard le plus total sur leur avenir financier. A la fin des rendez-vous et en posant les bonnes questions, mes clients réalisent que beaucoup de projets, qu’ils pensaient irréalisables, peuvent finalement être envisagés. A condition de mettre en place les bonnes stratégies.

Je suis convaincu que l’avenir de la gestion de patrimoine n’est pas la digitalisation totale des échanges et la réduction des coûts.

Cela fait des années que des entreprises en ligne (banques, courtiers…) baissent leurs frais et travaillent à faciliter la souscription de leurs produits, pensant qu’il s’agissait du principal obstacle.

Et pourtant, les comptes courants des français n’ont jamais été aussi rempli qu’aujourd’hui…

L’investissement n’est pas une question de frais ou de facilité d’accès. C’est une question d’accompagnement et de confiance. Avant tout.

Entreprendre « clé en main » dans un environnement très encadré

La gestion de patrimoine est un domaine très encadré. Au delà des habilitations et des certifications imposées, le conseiller doit s’assurer à chaque étape de mise en place de la solution d’investissement, sa conformité légale.

Par ailleurs, la responsabilité du conseil incombe au conseiller en gestion de patrimoine indépendant.

Enfin, le conseiller indépendant doit gérer les relations et les partenariats avec les promoteurs, les gérants, les courtiers et les assureurs… Tout en veillant à ses marges commerciales pour ne pas impacter la qualité de son conseil patrimonial.

C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de travailler avec un réseau de conseillers indépendants.

Il me permet de bénéficier de l’expertise de plusieurs centaines de CGPI et de professionnels de la gestion de patrimoine. Ce sont eux qui, en amont, valident la conformité des dossiers et auditent mes partenaires.

Je délègue ainsi toute la partie sur laquelle j’apporte le moins de valeur et me concentre sur l’essentiel : les rendez-vous avec mes clients, le choix des solutions d’investissement et le relationnel.

Le réseau de conseillers auquel j’appartient permet d’aller beaucoup plus loin :

  • Rejoindre une équipe de consultants et profiter de leur expérience et de leur aide. Aucun consultant n’est ainsi isolé.
  • Bénéficier de formations sur le terrain : les nouveaux consultants sont accompagnés par un consultant expérimenté, intéressé dans sa réussite pour une progression maximale.
  • Disposer d’une veille juridique pour toujours être à jour de ses compétences et des habilitations règlementaires.
  • Avoir un modèle flexible et peu coûteux : mis à part les formations à tarifs subventionnés et les frais de création d’entreprise, il n’existe aucun coût supplémentaire. Concrètement : les nouveaux consultants démarrent au prix de quelques centaines d’euros.

La liberté de l’indépendance grâce à l’entrepreneuriat

J’ai fait le choix d’être indépendant.

Les avantages sont nombreux : possibilité de démarrer en double activité pour sécuriser son projet, ne pas dépendre d’une seule source de revenu et ne pas être limité dans ses revenus, être libre de gérer son planning et travailler lorsqu’on le souhaite.

Evidemment, il faut prendre conscience du revers de la médaille : être à son compte signifie également que l’on ne dispose pas de revenu fixe.

Cela signifie aussi qu’il faut construire de A à Z sa clientèle. Notre métier est fondé sur la confiance et le relationnel. Démarcher, prospecter et faire de la publicité ne rentre pas ni dans nos pratiques, ni dans nos valeurs. Certes, l’amorçage devient plus compliqué. Mais les relations avec nos clients sont plus fortes et favorisent le bouche-à-oreille qui est l’un des seuls vecteurs capables de pérenniser notre activité.

Etre indépendant, c’est aussi être responsable de ses résultats et du développement de son entreprise.

Vous risquez d’être frustré et de ne pas vous épanouir dans ce métier si vous n’acceptez pas de vous remettre en question et que vous ne faites pas preuve de résilience.

Dans l’entrepreneuriat, soit vous avez raison, soit vous gagnez.

aventure independance

Mon accompagnement

Je suis formateur labellisé de mon réseau de conseillers en gestion de patrimoine.

En plus d’un accès à des produits référencés de qualités et de la mise à disposition de formations de CGPI, les nouveaux consultants disposent d’un accompagnement dédié.

J’aide donc au quotidien des personnes qui, comme moi quelques années auparavant, ont fait le choix de se lancer dans ce métier.

Ils peuvent provenir d’une formation en gestion de patrimoine ou de tout autre horizon.

Mon rôle ? Les aider à créer leur structure, les guider et faire en sorte qu’ils en vivent très rapidement. Et aller ensuite beaucoup plus loin.

Rattaché à une équipe de plusieurs centaines de consultants dans toute la France, les nouveaux consultants pourront à tout moment se reposer sur des experts de l’équipe, plus expérimentés que moi sur de nombreux sujets.

Les consultants restent des chefs d’entreprise. Il n’existe aucun lien de subordination avec le réseau ou avec les autres formateurs. Ils gèrent leur entreprise selon leurs propres termes.

En revanche, nous apportons notre expertise technique et commerciale pour qu’ils puissent atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés.

Ce modèle de réseau permet également d’être rémunéré à sa juste contribution envers ses clients et au sein de l’équipe.

Mon équipe est en forte croissance, avec des membres dans toute la France.

Je suis à la recherche de personnes passionnées par le conseil patrimonial. Mais qui veulent surtout transmettre leur savoir et aider leurs clients à s’enrichir.

Ce sont (très) souvent des personnes qui ne se retrouvent plus dans le système du travail actuel (le fameux 9h-17h) et qui veulent « plus » dans leur quotidien.

Plus d’épanouissement au travail. Plus de relations riches avec leurs clients et collègues. Plus de reconnaissance. Plus de rémunération. Bref, « plus » dans leur vie.

Le conseil en gestion de patrimoine n’est pas un métier qui convient à tout le monde

Peut-être qu’à ce stade, vous êtes plus que jamais prêt à franchir le pas.

Attention toutefois. Ce métier n’est pas fait pour tout le monde.

Vous devez accepter de vous dévouer aux projets de vos prospects et de vos clients. Nous pouvons avoir un impact énorme sur l’avenir financier de nos clients. L’approximation et le laxisme est inimaginable dans notre profession.

Vous devez accepter de faire passer les intérêts de vos clients avant les vôtres (rendez-vous à des heures tardives, projets moins rémunérateurs pour le conseiller mais plus adapté au client etc.).

Pour rejoindre mon équipe, vous devez avoir une vision long-terme. Les « coups », faits au détriment de la qualité du conseil et uniquement dans votre intérêt ne vous permettra pas de construire quelque chose de grand. Vous vivoterez, d’une affaire à une autre. Vous aurez une clientèle peu engagée et volatile.

Mais vous devez aussi accepter le refus d’un client qui ne se sent pas prêt à investir après plusieurs longues heures d’échanges et d’études gracieuses… Le modèle que nous avons choisi ne doit pas pénaliser les plus petits patrimoines. Nous ne facturons donc aucun honoraires à nos clients.

J’en reviens à ma vision long-terme : il est plus lucratif, à court-terme de facturer des honoraires. Mais cela se fera au détriment de la recommandation et de votre démarrage. Comment convaincre une personne de travailler avec vous si vous lui demandez de payer dès le premier entretien alors que vous n’avez aucune référence à lui présenter ?

Comme pour n’importe quelle autre activité d’indépendant, partir de 0 est compliqué. Il faut savoir se remettre en permanence en question pour toujours mieux servir ses clients et bien sûr donner (et encore donner) avant de pouvoir espérer, un jour, recevoir.

La résilience est une qualité indéniable qui vous permettra de réussir dans cette fabuleuse aventure!

Vous êtes toujours motivé(e) pour nous rejoindre ?

Il n’existe aucune condition à l’entrée.

Aucun « pas de porte » ou de royalties à payer. Pas de liste de prospects qualifiés à présenter comme je peux le voir dans d’autres réseaux…

Evidemment, certaines personnes seront avantagées par rapport à d’autres. Je pense notamment aux conseillers qui ont un passé orienté finance ou gestion de patrimoine.

En revanche, il est tout à fait imaginable de fonder son cabinet de gestion de patrimoine à la suite d’une reconversion professionnelle. Notre réseau vous met à disposition des habilitations sans pré-requis de diplômes scolaires. De nombreuses équivalences sont possibles pour les personnes qui détiennent des diplômes universitaires.

Finalement, la seule condition pour réussir est la motivation. Le conseiller sans diplômes au démarrage mais prêt à se remettre en question et sortir de sa zone de confort ira beaucoup plus loin qu’un CGPI ayant fait les études de gestion patrimoniale dans les règles de l’art mais rigide dans sa démarche entrepreneuriale.

gary idee action

Si vous souhaitez en connaître plus sur mon métier et mon business model, je vous ai préparé des vidéos pour vous expliquer mon métier et comment fonctionne mon accompagnement si vous souhaitez vous aussi excercer le métier.

 

 

 

Plus d’informations sur le métier de conseiller financier :