L’objectif principal de la plupart des épargnants et investisseurs est de mettre en place des stratégies pour faire fructifier ses placements et améliorer ses finances. Or pour bon nombre d’investisseurs, cette tâche n’est pas des plus aisées. D’où la nécessité de recourir à un conseiller en gestion de patrimoine. Cette profession est de plus en vogue ses dernières années et beaucoup de personnes souhaitent devenir conseiller en gestion de patrimoine.

En effet, un CGP est un expert qui prend en charge le patrimoine de son client en vue de lui apporter les conseils adaptés à la réalisation de ses projets et pour l’optimisation de son argent et de ses biens. Compte tenu des enjeux de son client, il est nécessaire pour le CGP d’avoir des connaissances tant sur le plan juridique, financier que social. Sachant cette exigence qui s’impose au CGP, la problématique d’acquisition de compétence au préalable se pose. Dans ce cas, à quel niveau entreprendre la formation ? Et plus précisément, quelles sont les formations les plus performantes à suivre pour devenir meilleur dans le domaine ? Peut-on se passer d’un cursus universitaire classique pour être CGPI ?

conseiller gestion patrimoine sans diplome

Les objectifs du CGPI

La gestion patrimoniale des biens immobiliers et financiers relève de la maîtrise de plusieurs domaines. C’est pour cette raison qu’un CGP exerce dans différents secteurs. Il peut s’agir d’une agence spécialisée, une banque, une compagnie d’assurance, une étude notariale, mais également dans son propre cabinet de conseiller en gestion de patrimoine indépendant.

Le CGP réalise plusieurs tâches qui peuvent être subdivisées en de nombreuses étapes.

La première étape consiste, pour lui, à faire le bilan de l’ensemble des biens et dettes de son client.

Cela consiste à déterminer tous les actifs financiers et immobiliers de son client. Il doit également faire l’inventaire de sa situation familiale actuelle.

La deuxième étape lui demande de s’enquérir des désirs de son client. C’est-à-dire s’il projette procéder par des investissements crédibles ou plutôt se référer à des stratégies qui maximiseront ses rendements. À base du statut conçu, le CGP mettra sur place le mode de placement qui conviendra et suggérera les meilleures solutions qui permettront de faire fructifier le patrimoine de son client.

Cependant, il a l’obligation de tenir compte des contraintes fiscales, juridiques et sociales dans les investissements qu’il a proposés.

Néanmoins, il urge de savoir avant tout, quand t’est-ce qu’on parle d’un « bon » CGP. Au regard des compétences telles que la capacité à être multi-tâche, la connaissance infaillible de toutes les questions juridiques et financières, sans oublier même la maîtrise de la psychologie humaine. Il est clair qu’il est important de bien se former pour devenir plus performant et qualifié.

Dans ce cas, peut-on raisonnablement exercer le métier de conseiller en gestion de patrimoine sans diplôme ?

 

Être conseiller en gestion de patrimoine sans diplôme spécifique

Contrairement à des grandes fonctions d’avocat, de notaire qui exigent une formation particulière, notons que celle du CGP ne requière pas forcément une certification donnée.

Néanmoins, il est tout de même vivement conseillé à tous ceux qui désirent devenir CGP de suivre des formations en gestion de patrimoine niveau Master, autrement dit Bac+5.

Par ailleurs, sachez qu’il existe plus de 20 types de Masters de conseil en gestion de patrimoine dans les facs ou les écoles de commerce. On peut donc s’inscrire dans l’une de ces entités pour être encadré si l’on remplit les conditions de compétences voulues au préalable.

Et plus précisément après avoir décroché le test de sélection. Il est également recommandé d’acquérir un diplôme en Master 1 avec une spécialisation en droit, en finance ou en gestion.

Cela peut être fait dans une école de commerce ou à la faculté. Ensuite c’est après une étude sur dossier qu’on accepte votre candidature. Viens pour finir, dans certains cas le passage d’un entretien.

Mais ce n’est pas aussi simple. Il faudra faire très attention parce que de nombres obstacles encadrent l’insertion dans une formation en gestion de patrimoine.

Raison pour laquelle il y a obligation qu’elle soit contrôlée par un test sévère. Comme en ce qui concerne la plupart des formations, il faut être à même de savoir obligatoirement les accès auxquels vous autorise le diplôme.

Ceux-ci doivent vous conférer le droit de pratiquer la profession de CGP. Il est donc primordial de s’enquérir des renseignements qu’il faut au niveau de l’établissement pour être informé.

Prenons un exemple : dans le domaine financier, vous deviez obligatoirement avoir la qualité d’un conseiller en investissement Financier (CIF) avant de pouvoir conseiller quelqu’un sur un investissement financier.

Avec ce profil, vous avez pleinement le droit de faire des propositions de solution sur la gestion de produits d’assurance et d’agent immobilier. De la même manière, vous serez appelé à prendre en charge les opérations de banque et de crédits grâce au diplôme d’Intermédiaire en Opération de Banque et de Service de Paiement (IOBSP).

Pour compléter le panel des habilitations, il vous faudra la ‘’capacité juridique appropriée’’. Vous aurez ainsi l’agrément d’exercer certains actes juridiques et fiscaux.

Alors, est-il possible d’exercer la profession de CGPI sans diplôme ?

Il est possible d’être conseiller en gestion de patrimoine sans cursus universitaire. Vous devrez justifier d’une compétence professionnelle. Par ailleurs, il sera plus simple d’exercer directement à son compte dans ce cas-là.

Les conditions minimales pour exercer

Pour cela, il faut respecter certains critères que nous énumérons ci-dessous :

En premier lieu, pour se prévaloir CGP, il faut être majeur et être domicilié sur le territoire français.

Voici à présent les diplômes ou les connaissances professionnelles requises pour pratiquer le métier de CGP. Notons que ces derniers sont établis par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) :

  • Exigence est faite d’être titulaire d’un Bac+3 dans le domaine de l’économie, de la gestion ou du droit. Ce diplôme doit être obtenu en France
  • Soit justifier d’une formation spécialisée en gestion administrative ou placement financier
  • Ou encore avoir eu une pratique professionnelle de 2 ans en gestion et investissement financier.

Une multitude de formations vous est offerte pour être conseiller ou expert en gestion de patrimoine.

Nécessairement avoir une assurance couvrant la responsabilité civile professionnelle

Tout conseiller en gestion de patrimoine indépendant doit disposer d’une assurance RC pro d’au moins 150 000 euros par dommage causé et 150 000 euros chaque année que ce dernier soit seul ou qu’il emploie une seule personne avec lui.

Être nécessairement affilié à un organisme professionnel

Le fait d’être membre d’une organisation professionnelle donne l’avantage de reconnaître les qualités du conseiller en gestion de patrimoine. Il existe une liste déterminée des organisations professionnelles reconnues par l’AMF. Entre autres nous avons la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine, l’AFFO, ou encore l’ANACOFI. Précisons même qu’il y en a de ces organisations qui offrent des prix privilégiés en ce qui concerne les assurances RC pro.

L’immatriculation au registre ORIAS

Pour exercer la profession de conseiller en gestion de patrimoine indépendant, il faut obligatoirement s’enregistrer au registre unique des intermédiaires en assurances pris en charge par l’ORIAS. Les frais d’inscription s’élèvent à 30 euros et cela se fait sur le site de l’ORAS. Mention du numéro d’immatriculation du CGP doit être faite sur tous ses registres et même sur sa page internet.

Avoir une bonne conduite et respecter la norme anti-blanchiment

L’une des normes principales dans le domaine de la gestion de patrimoine établie par l’AMF est la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. Par conséquent, tout professionnel du secteur se voit imposer l’observation stricte de cette règle de même que celles de la bonne tenue.

Les rétrocommissions et la transparence

Les CGP bénéficient d’honoraires équivalents à 500 euros pour une simple étude et près de 20 000 euros pour un la confection d’un plan de gestion complète. Mais l’essentiel de leur rémunération provient des rétrocommissions sur les produits financiers, environ 0,15 à 0,40% sur une assurance vie par exemple. Cependant la rétrocommission obéit à un règlement rigoureux qui consiste pour le gestionnaire de tenir son client au courant du coût de commission prélevé sur les produits financiers à partir du 1er janvier 2018.

 

En savoir plus :