Coronavirus : pourquoi nous nous sommes plantés ?

Publié par Cyrille le

Imaginez que je dépose un nénuphar dans une mare.

 

La feuille de mon nénuphar grossit et lorsqu’elle atteint une taille critique, elle se divise en deux feuilles.

Ainsi, le nénuphar se dédouble chaque jour.

 

Imaginez à présent que la mare se remplisse de nénuphars jours après jours.

Nous revenons ensemble au bord de l’eau 30 jours plus tard et nous constatons que la mare est à moitié remplie de nénuphars.

 

Savez-vous combien de jours supplémentaires il faudra aux nénuphars pour remplir toute la mare ?

 

 

Si vous avez répondu 30 jours, c’est que vous avez une perception linéaire des choses… Rien de grave je vous rassure.

 

Les êtres humains ont une perception linéaire :

  • Vous courrez trois fois plus vite, vous mettez trois fois moins de temps pour arriver à destination ;
  • Vous exécutez deux fois moins de tâches au travail, vous mettrez deux fois plus de temps et risquerez de finir tard…

 

Sauf que mon nénuphar, en se démultipliant chaque jour, ne se développe pas de manière linéaire. Mais de manière exponentielle.

 

Si bien qu’il faudra 1 jour supplémentaire à la mare pour être totalement verte. Et non 30 jours.

 

Nous avons tous réagit de la même manière face au coronavirus

 

Il y a encore 1 mois, vous n’imaginez pas un seul instant l’état d’urgence dans lequel nous sommes aujourd’hui à cause d’un virus.

 

Pourtant, un virus se propage de manière exponentielle. Si une personne infectée contamine 1 autre personne chaque jour, il y aura deux personnes contaminées le lendemain matin : le patient 0 et un nouveau contaminé.

 

Le troisième jour ? 4 malades

Le quatrième ? 8 malades

Le dixième ? Environ 500 malades

 

Pas de quoi s’inquiéter me diriez-vous.

Sauf que le quinzième jour, 16 000 personnes sont contaminées… Et qu’il faudra moins de 30 jours pour contaminer la France entière !

Le 27ième jours, 67 millions de personnes seront infectées par le virus.

Le lendemain, le double : 134 millions. Dépassant ainsi les frontières de France.

 

Vous comprenez mieux pourquoi le gouvernement a mis en place des mesures de confinement. Si chaque malade contamine 3 fois moins de personnes, l’épidémie sera totalement controlée puisqu’on recencera seulement 1 500 malades au bout de 30 jours. Loin des 134 millions…

 

Comme pour le nénuphar, il est difficile d’imaginer une telle rapidité de propagation.

 

Et c’est bien le problème de notre vision linéaire.

Si 200 nouveaux malades sont diagnostiqués le 9ième jour, on pense qu’il en sera de même le lendemain. Alors qu’il y en aura deux fois plus.

C’est la raison pour laquelle de nombreuses personnes n’ont pas compris (et suivi) les premières recommandations du gouvernement de rester chez elles. Lorsqu’on ne dénombrait que quelques centaines de personnes contaminées.

 

Le rapport avec vos finances ?

 

A priori, difficile de faire un lien entre le COVID19 (ou le nénuphar) et vos finances.

Parmi les principes fondamentaux en finance, on retrouve les intérêts composés.

Qui, comme le virus ou le nénuphar, repose sur une mécanique exponentielle.

Capitaliser sur un compte rémunéré ne donne pas des résultats spectaculaires les premières années. Et notre vision linéaire nous laisse penser qu’il en sera autant les années suivantes.

 

Imaginez que vous placez 1 000€ sur une solution financière ayant un rendement de 10%.

Un an plus tard, vous obtenez 1 100€ sur votre compte.

Au bout de 2 ans, 1 210€… (et non 1 200€ comme votre vision linéaire pourrait vous le faire supposer)

Au bout de 10 ans ? 2 600€

Au bout de 20 ans ? 6 700€

Au bout de 40 ans ? 45 000€

Et après 50 ans ? 117 000€ !

 

Votre capital a été multiplié par 45 en 40 ans… et par 117 en 50 ans. Alors qu’au début, il vous a fallu 10 ans pour multiplier le capital par 3 !

 

Graphiquement, cela ressemble à ça :

Alors que vous imaginiez plutôt une évolution similaire à celle de la courbe bleue :

On a tendance à sous-estimer la puissance des intérêts composés… la propagation des virus et de tout autre phénomène exponentiel.

 

Conclusion : restez chez vous et préparez votre future sécurité financière

 

Vous souhaitez recevoir la lettre financière dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.