Accueil » Investissements » Livrets bancaires » Garder son PEL : faut-il clôturer ou conserver son Plan d’Epargne Logement

Garder son PEL : faut-il clôturer ou conserver son Plan d’Epargne Logement

garder son pel

Le PEL a connu son âge d’or il y a quelques décennies. Utilisé comme un produit d’épargne grâce à son taux de rendement avantageux, il était encore possible au début des années 2010 de profiter d’un taux garanti à 2,5%.

Les choses ont bien changé puisqu’il n’est plus possible de profiter d’un tel rendement aujourd’hui. En ouvrant un PEL actuellement, le taux de rendement sera de moins de 1%…

Le PEL est-il un investissement intéressant ? Devez-vous ouvrir un PEL ou le conserver si vous en avez déjà un ? Comment clôturer son PEL et ou ré arbitrer vos fonds ?

Je réponds à toutes ces questions dans cet article.

Ouvrir un PEL aujourd’hui est une très mauvaise idée

Un Plan d’Épargne Logement est une solution bancaire bloquée. Certes, vous pouvez récupérer votre argent à tout moment mais dans ce cas, le plan sera clôturé.

Ce placement est donc recommandé pour des durées d’investissement supérieures à 3 ans puisqu’il n’est pas aussi flexible qu’un livret A par exemple. Vous devrez également verser obligatoirement au moins 540€ chaque année.

Enfin, le rendement est très faible : 0,7% net de contributions sociales (CSG) et les épargnants ne sont plus éligibles à la prime de l’état.

Ce qui ne donne plus aucun intérêt au Plan d’Épargne Logement aujourd’hui.

Si vous cherchez une solution pour investir votre argent sur une durée supérieure à 3 ans et dégager du rendement, investissez en assurance-vie et mettez en place une allocation diversifiée et performante.

Que faire des anciens PEL ?

Vous avez déjà un PEL et vous vous posez la question de sa pertinence ?

Les PEL ont l’avantage d’être des placements sans risque. Votre capital est donc garanti et vous percevez même une rémunération parfois bien supérieure à d’autres placements de la même catégorie comme le fonds euros de l’assurance-vie ou le Livret A.

Cependant, vous ne pouvez pas utiliser votre PEL comme un livret ou un compte sur lequel vous versez et retirez régulièrement de l’argent. En effet, tout retrait du PEL entraine sa clôture.

Vous devez donc réserver ce placement pour un horizon moyen-terme. 3 ans tout au plus.

Sur un horizon d’investissement plus élevé, il n’est pas recommandé de laisser dormir votre argent. Il sera plus productif sur des investissements non garantis (mais bien dosés en termes de risque et de sécurité du capital).

La seule exception : vous ne voulez prendre aucun risque et vous disposez d’un ancien PEL très rentable.

Clôture des PEL de plus de 4 ans

Garder son PEL ou non sera conditionné par la performance de votre plan. Si le rendement est faible (en dessous de 1% net), je ne vous recommande pas de le conserver si vous pensez immobiliser vos fonds sur encore 3 ans ou plus.

Dans ce cas, il est préférable d’investir dans des fonds diversifiés. Au sein d’une assurance-vie par exemple. Si vous êtes plus long-terme, vous pouvez placer tout ou partie de votre capital sur des fonds immobiliers, comme les SCPI.

Clôture des PEL avant 4 ans

Si vous clôturez votre PEL avant la 4ième année après son ouverture, vous perdrez des avantages, comme les intérêts acquis, les droits de prêt à taux préférentiel ou la prime d’Etat.

Faites bien les comptes car ces avantages financiers sont parfois très faibles, voire inexistants (la prime d’état n’est pas due pour les PEL avant 3 ans par exemple).

Parfois, il faut mieux être prêt à perdre peu pour gagner plus. Surtout si vous réorientez votre épargne vers des solutions plus performantes et adaptées.

Comment clôturer son PEL : les démarches

Clôturer un PEL est simple puisqu’il suffit d’en faire la demande auprès de votre banque. Si vous comptez utiliser votre capital pour l’acquisition d’un bien immobilier, vous devrez à ce moment-là le préciser à votre conseiller bancaire.

La clôture d’un PEL n’entraîne pas de frais de sortie.

Vous pouvez faire une demande auprès de votre banque, qu’elle soit orale ou écrite. Je vous recommande bien évidemment de conserver une trace écrite en cas de litige et donc de faire une demande par mail à minima. La demande par lettre recommandée étant conseillée, elle n’est pas obligatoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.