La lettre financière du 14 janvier 2019

Bonjour,

Je vous souhaite tout d’abord une excellente année 2019 !

Ainsi qu’une belle liste de « bonnes résolutions ».
Mais surtout de ne pas oublier de mettre en place les actions nécessaires pour réaliser vos objectifs personnels et professionnels 😊

De mon côté, je vous fais part de mes objectifs 2019 :

  • Organiser plus d’événements sur l’investissement en présentiel ou en ligne ;
  • Obtenir le statut de Conseiller en Investissements Financier afin de proposer une offre complète aux investisseurs. Cet objectif a été réalisé plus vite que prévu puisque mon dossier a été validé en commission il y a quelques jours 😊
  • Animer et augmenter la taille de mon équipe de conseillers en gestion de patrimoine pour aider davantage de personnes.

Ce mail est également pour moi l’occasion de vous faire part des évolutions économiques à venir qui auront probablement un impact sur vos finances.

J’ai identifié deux choses importantes pour valoriser votre patrimoine en 2019 :

  • La performance boursière de 2018 : la pire année depuis 10 ans ! Comment en profiter ?
  • Focus sur la SCPI : Pourquoi c’est le bon moment d’investir.

Une mauvaise année pour les marchés financiers

Le début d’année 2018 n’avait pas très bien commencé : du surplace pour les grands indices boursiers.

Et puis, en octobre, PATATRA ! ! ! …

Les cours dévissent (ce que l’on appelle une correction de marché) et font de 2018 la pire année boursière depuis 10 ans (-11% pour le CAC40). Cela est d’autant plus étonnant qu’en 2018, la croissance mondiale était bien là…

Les investisseurs sont très pessimistes. Et notamment pour les raisons suivantes :

  • Trump et les menaces sur les relations américaines et chinoises
  • La fin du Quantitative Easing : emprunter à l’avenir risque d’être plus compliqué
  • La hausse des taux aux Etats-Unis
  • Le risque de sortie du Royaume-Unis de l’UE sans accord (le hard brexit)

Que devons-nous en retenir ? Qu’une fois de plus, les marchés sont imprévisibles à court et moyen termes.

A long-terme (minimum 10 ans), les marchés financiers sont globalement haussiers, à condition d’être discipliné et bien préparé. Cela passe notamment par :

  • La définition de votre horizon de placement ;
  • L’allocation financière (la répartition des différents actifs) ;
  • La diversification (ne pas mettre ses œufs dans le même panier) ;
  • Investir en plusieurs fois sur les marchés financiers.

Cette dernière recommandation est importante (et l’est encore plus pour un marché 2019 probablement très volatil). Par exemple, elle a permis à mes clients de limiter considérablement la casse en 2018.

Si vos placements sont correctement calibrés à votre profil de risque et à vos besoins financiers, vous n’avez aucune raison de paniquer.

Au contraire ! pour les plus téméraires d’entre vous, c’est l’occasion d’investir dans des placements financiers à prix cassé ! (et j’en fait partie AYAAAAAAAAAAA !)

Si vous investissez au travers de fonds en unité de compte (notamment via une assurance-vie), je vous conseille de vous intéresser aux fonds « value ».

Leurs gestionnaires investissent dans des entreprises sous-cotées (la valeur de l’action est inférieure à sa valeur intrinsèque).

2019 sera une année mouvementée sur les marchés financiers. Les gestionnaires « value » auront ainsi de belles occasions en rachetant à prix discount les actions des investisseurs paniqués.

En revanche, les valeurs patrimoniales (par exemple, les actions de grandes entreprises mondiales) seront probablement mises à mal…

Parmi la typologie d’actifs « value » intéressants, on retrouve les petites entreprises françaises qui ont beaucoup souffert ces derniers mois (-30% !).

Beaucoup d’investisseurs ont paniqué et revendu massivement des titres pourtant prometteurs.
J’ai invité dès octobre dernier mes clients à se positionner sur ce type de placement (en même temps que moi d’ailleurs).

Je commence également à m’intéresser à l’or et aux entreprises de forage miniers.
Ces dernières années, le métal précieux a fortement été décoté.
D’où l’intérêt d’en rajouter un peu dans une stratégie d’investissement long-terme.

D’autant plus que l’or est une valeur refuge en cas de krach boursier. Attention toutefois, l’or n’est pas un actif créateur de valeur (contrairement aux actions ou obligations et leurs dividendes et coupons). Il reste donc un placement de pure spéculation.

Enfin, je le répète : n’oubliez pas de répartir vos entrées sur le marché en 2019.

N’investissez pas en une seule fois mais de manière régulière pour lisser la volatilité qui sera forte en cette année 2019.

De belles opportunités sur les SCPI

La SCPI

Si vous souhaitez investir dans l’immobilier mais que vous n’avez pas un budget de plusieurs centaines de milliers d’euros. Ou encore que vous n’avez ni l’envie, ni les compétences de gérer toute la chaîne de l’immobilier (recherche du bien, travaux, gérer les locataires…).

La SCPI devrait vous intéresser !

En étant actionnaire d’une société qui possède et gère un parc immobilier, votre seul effort sera de donner votre RIB afin d’encaisser des loyers.
Bonne nouvelle, vous pouvez emprunter pour acheter de la SCPI et ainsi doper la rentabilité !

2019 est pour moi l’année de la SCPI. Explications.

Merci qui ? Merci l’IFI !

Le passage de l’ISF à l’IFI a été bénéfique pour les SCPI. Alors que le niveau de collecte a été très fort ces dernières années, ce changement fiscal a eu pour effet de ralentir les achats frénétiques de SCPI.

En effet, on connait l’amour des français pour la pierre. L’IFI ayant permis de baisser la fiscalité sur les produits financiers, les investisseurs ont donc arbitré leur patrimoine vers des produits financiers, au détriment des placements immobiliers (dont font partie les SCPI).

Pourquoi le désinvestissement des SCPI est une bonne chose ? Car cela permet aux gestionnaires de se concentrer en priorité sur les immeubles de grande qualité.

Lorsque la demande en SCPI (ou pour n’importe quel autre produit d’ailleurs) est trop forte, les gestionnaires sont obligés de baisser leurs critères d’exigence pour placer cet afflux d’argent (le nombre de bien d’excellente qualité est limité).

Des taux toujours aussi bas

Durant nos conférences et entrevues, je vous l’avais déjà annoncé : les taux vont remonter un jour. C’est une certitude économique (pression de la FED en Amérique et fin du quantitative easing en Europe si vous voulez tout savoir 😉 ).

Quand ? On ne le sait pas… Cependant, la pire erreur serait de repousser un projet immobilier mûr car c’est aujourd’hui qu’il faut profiter des taux bas. Les taux bas permettent non seulement de baisser le coût de l’emprunt mais également d’augmenter la capacité d’emprunt !

D’ailleurs, taux haut ou bas, peu importe ! (même si les taux bas, c’est quand même mieux…)

Si l’immobilier est adapté à votre cas, passez à l’action maintenant !

N’oubliez pas que le premier challenge qui nous empêche de nous enrichir, ce n’est pas des rendements trop faibles, les taxes ou monsieur Macron… c’est la procrastination !
(Souvenez-vous de mon slide sur le coût de la remise à plus tard 😉

Vous remettez à l’année prochaine votre immobilier ?

Pour un projet à 100 000€, ce n’est ni plus ni moins que 4 500€ de loyers nets (en moyenne) que vous n’aurez pas dans votre poche !

Des perspectives de revalorisation dans les mois qui suivent

Ces dernières années, les parts de SCPI ont moins été revalorisées que les biens immobiliers qu’elles détiennent. La plupart des biens sont des commerces et des bureaux situés à Paris et en région parisienne.

L’immobilier parisien a augmenté de 6% en 2018. Par ailleurs, les loyers commerciaux à Paris ont augmenté en 2018, augmentant mécaniquement la valeur des locaux commerciaux.

Il est donc (très) probable de constater une revalorisation des parts au cours de l’année 2019.

Les parts sont donc aujourd’hui décotées par rapport à leur valeur intrinsèque : nous disposons d’une réelle opportunité de marché !

En effet, il est presque impossible d’acheter de l’immobilier de qualité (donc que tout le monde veut…) moins cher que son prix de marché. Acheter 5€ un billet de 10€, le rêve ?

Le décalage entre la revalorisation de l’immobilier et celle des parts de SCPI rend ce rêve possible, mais il s’arrêtera lors de la prochaine revalorisation des parts de SCPI.

J’espère que cette introduction à l’année financière 2019 vous aura permis de bien planifier vos futurs investissements.

Bien évidemment, je me tiens à votre écoute pour répondre à vos questions.

Et bien sûr…

Excellente année 2019 !

Cyril

Vous souhaitez recevoir la lettre financière dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous !

 

 

 

Des questions ? des remarques ? Exprimez-vous dans le bloc des commentaires !

arrow

 

%d blogueurs aiment cette page :