Souscrire un contrat d’assurance vie considéré comme étant « multi-support » vous permettra d’avoir à votre disposition les différents types de supports qui vous permettront d’avoir un large panel d’investissements et de diversification. Mais cela ne s’arrête pas là. En effet, si vous êtes en mesure de placer une certaine liquidité en dehors de ce que l’on appelle le « fonds euro », vous pourrez alors avoir à votre disposition un grand nombre de produits financiers différents.

Le CAC a fortement été revalorisé depuis sa création mais ce n’est pas tout, il a connu + 13% durant l’année 2017. Il est donc assez intéressant de se lancer en bourse pour profiter d’une telle hausse des marchés.

Mais il ne faut pas faire cela à la légère, pour améliorer votre rendement de contrat d’assurance vie, vous pouvez vous référer à ce guide qui est divisé en 4 pistes majeures.

Choisir une gestion dédiée ou bien déléguée

Il existe différents noms pour cette gestion : déléguée, pilotée, dédiée… mais ces appellations ont un point commun qu’il ne faut pas oublier, vous ne vous occupez pas de gérer le contrat de manière directe car vous confiez sa gestion, qu’elle soit totale ou partielle. Cette gestion est donnée à un professionnel qui se charge de ce genre de missions : gestion de patrimoine, gestion privée, ou même family offices et services bancaires spécialisés.

Il existe certains avantages à choisir cette méthode.

Déléguer la gestion de son contrat d’assurance vie ou même de plus comme une partie ou encore la totalité de ses avoirs financiers permet normalement d’améliorer les performances. Il faut pour cela choisir un professionnel compétent.

De plus, le professionnel qui se retrouve en charge de toute cette gestion est grandement habilité pour ces missions. Il est habitué mais également parfaitement équipé pour suivre et ensuite optimiser les différentes positions de vos contrats. C’est grâce à ses compétences que le professionnel est en mesure de prendre les décisions les plus efficaces au moment idéal.

Ensuite, votre professionnel, s’il est un bon gestionnaire financier, sera fortement intéressé par la performance. Il aura donc beaucoup d’intérêt à obtenir de bons résultats avec votre argent s’il veut être rémunéré de son côté également.

Mais restez vigilent avant de vous lancer, vous devez obtenir de la part du professionnel un profil d’investisseur et également un profil de risque. Cela vous permettra de connaitre ses différents choix en ce qui concerne les placements et positions. Ces derniers doivent impérativement être en totale cohérence avec votre propre sensibilité au risque.

D’autre part, il existe également certains inconvénients.

Il n’est pas rare que les frais soient assez élevés à moins d’avoir une taille de portefeuille assez conséquente pour amortir le coût. De plus, il faut savoir que les avoirs que vous confiez en gestion doivent être supérieurs à 250 000€ si vous souhaitez que la formule de gestion soit assez intéressante pour vous.

Ensuite, la gestion que vous déléguez peut donner certaines conséquences au niveau des choix dits « subjectifs » du gestionnaire. Ce dernier aura tendance à privilégier les « fonds maison » qui ne sont pas toujours les plus performants dans leur catégorie. Il est donc important d’essayer d’éviter cela en faisant appel à un conseiller financier indépendant car il ne détiendra pas les fonds lui-même. Cette précaution vous permettra d’obtenir un conseil plus objectif.

Mais ce n’est pas tout, vous pouvez également avoir recours à une alternative efficace.

Il s’agit de la gestion libre mais qui reste pourtant suivie. Cela concerne en grande partie les nouveaux courtiers qui sont spécialisés ; ils ont tendance à se diriger de plus en plus vers ce mode de gestion qui est destiné en priorité au « grand public », c’est-à-dire de 0 à 200 000€.

Cette solution signifie que vous gérez directement votre contrat vous-même mais également que vous bénéficiez des frais de gestion qui seront les moins chers. De plus, cela ne vous empêchera pas d’obtenir un suivi régulier avec un conseiller financier dédié qui s’occupera de vous donner quelques conseils mais également un certain nombre de suggestions d’arbitrage dans le but d’optimiser le rendement global de votre contrat.

Les fonds nommés à « capital garanti »

Depuis 10 ans, les rendements des fonds en euro diminuent, et cela a fait apparaître depuis quelques années (environ depuis 2012), de nouveaux types de fonds euro.

Ces fonds sont ainsi en mesure de garantir le capital, en revanche, ils ne permettent pas de garanti le rendement. Cela signifie donc en théorie qu’il est possible de faire une performance d’une valeur de 0% sur une année.

D’un autre côté, ces fonds se retrouvent investis sur un panier d’indice ou de valeurs plus dynamiques et cela permet d’offrir un potentiel de performance qui se retrouve plus élevé.

La solution en vogue de l’immobilier

L’immobilier est une solution connaissant un fort succès depuis 2 ans. D’ailleurs, les valeurs immobilières (SCI, SCPI, OPCI) ont connu une forte augmentation au niveau des allocations d’actifs de l’assurance vie.

Au niveau des SCPI de rendement, on trouve un rendement légèrement plus élevé que pour les fonds d’euro classiques (ils vont de 5 à 5.50% en moyenne alors que cela va à 3% environ pour les fonds euro) et cela permet d’assurer un haut niveau de sécurité. Il est vrai que le capital qui se retrouve dans les SCPI n’est pas garanti de manière contractuelle mais le risque reste faible notamment par rapport à la grande mutualisation du risque.

Il est donc important de respecter un point important qui consiste à se diversifier. En effet, il ne faut pas tout mettre sur la même SCPI, ce qui sera une forte tentation si elle est performante.

L’option des produits structurés

Ils ne sont pas grandement connus du grand public mais les produits structurés sont accessibles à partir de l’assurance vie. Ils offrent une palette de rendement mais également de risque et de durée assez variée ce qui permet de convenir à tous.

Ces produits structurés fonctionnent à partir de 3  indicateurs distincts : la durée (donc l’échéance), le sous-jacent (l’indice) et le rendement (donc la performance).

Ces trois indicateurs permettent ainsi de composer le produit structuré. Il est donc possible d’acheter un produit structuré servant 5% de rendement par an et ce durant 5 ans, à condition que l’indice CAC 40 ne perde pas plus que 50% de sa valeur à l’instant de la souscription.

Ensuite, ce produit prévoit un certain nombre de possibilités de sortie. Il n’est donc pas rare qu’un client essayant de genre de produit se retrouve « accroc » à condition de bien savoir choisir.

Pour conclure

La question de la sécurité de votre argent dans un contrat d’assurance vie se pose. La part placée sur le fonds euro se retrouve doc garantie et l’assureur se retrouve avec l’obligation de faire face à des engagements : garantie et liquidité.

Il existe donc des garanties si l’assureur fait faillite par exemple.

Pour les autres supports, la garantie n’est pas valable et la valeur évolue donc en fonction du marché. En revanche, la rentabilité espérée est bien supérieure.

Plus d’informations :

%d blogueurs aiment cette page :