Combien coûte un conseiller financier ? Sachez qu’il est rémunéré de deux manières : par le biais des honoraires, facturé directement à son client et par le biais des commissions qu’il touche sur les investissements.

Ces commissions s’appellent « rétro-commission » car elles sont cédées par son partenaire qui distribue la solution patrimoniale.

Le métier de CGPI est peu connu des français

Classiquement, les français passent par le réseau de distribution classique pour investir : leur banquier ou leur assureur. Peu de personnes ont recours aux services d’un conseiller en gestion de patrimoine pour confier leur épargne.

Pourtant, contrairement aux idées reçues, ce métier ne s’adresse pas qu’aux clients fortunés. En effet, la moitié des clients des sociétés de conseil en gestion de patrimoine confient moins de 100 000€. Un investisseur sur cinq investi moins de 50 000€ avec son CGPI.

Pourtant, ce métier est créateur de valeur et permet aux épargnants de placer leur argent de manière cohérente avec leurs objectifs.

Les conseillers en gestion de patrimoine indépendant interviennent en 3 étapes : la prise de connaissance de la situation actuelle du client, la proposition d’une solution patrimoniale puis l’accompagnement dans sa mise en œuvre.

Toutes ces tâches nécessitent de solides compétences financières, juridiques et fiscales.

La commission rémunère le conseiller en gestion de patrimoine indépendant

Le professionnel de la finance peut demander des honoraires mais sa rémunération principale provient des commissions qui lui sont reversées par les sociétés de gestion.

Lorsqu’un client souscrit un produit financier ou immobilier via son CGPI, ce dernier obtient une rétribution de la part de de son partenaire.

Ces commissions peuvent être redistribuées de deux manière :

  • En une seule fois, à la souscription ;
  • De manière périodique

La fréquence du paiement de la commission est cohérente avec la nature du produit distribué. Ainsi, la vente d’un investissement immobilier générera une seule commission, lors de la signature chez le notaire.

En revanche, l’ouverture d’une assurance-vie demande un suivi de la valorisation du contrat par le CGPI. En effet, il doit piloter le rendement et le risque du produit financier pour qu’il ne s’éloigne pas des objectifs ou du profil de risque du client.

Une rémunération en réalité plus importante

Le conseiller en gestion de patrimoine peut également être habilité à vous demander une rémunération supplémentaire afin de rétribuer son travail. Il est ainsi en droit de vous facturer des honoraires pour ses conseils patrimoniaux.

Plus d’informations :

%d blogueurs aiment cette page :