Demandez un rendez-vous sur mesure avec Cyrille

30 minutes par téléphone pour définir sa stratégie patrimoniale avec un expert

Souvent à destination des particuliers, le conseil en gestion de patrimoine peut également être à destination des entreprises.

Que ce soit pour le patrimoine du chef d’entreprise ou pour les finances de l’entreprise elle-même, le dirigeant peut faire appel à un CGPI pour être aidé dans ses problématiques financières.

Le conseiller en gestion de patrimoine pourra ainsi proposer des solutions innovantes et intéressantes au chef d’entreprise mais également lui présenter des produits inédits de qualité.

gestion patrimoine entreprise

Pourquoi faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine pour son entreprise ?

Comme pour un particulier, le conseiller en gestion de patrimoine va recueillir la situation financière de l’entreprise, ses besoins et ses objectifs à court, moyen et long terme.

Pour cela, le conseiller financier va s’intéresser à l’activité de l’entreprise et aux grandes orientations stratégiques de l’entreprise qui auront un impact sur ses finances.

En effet, une entreprise, comme un humain vit et passe par différentes phases :

  • La création ;
  • Le financement ;
  • Le développement ;
  • L’investissement ;
  • La transmission.

Le conseiller en gestion de patrimoine est donc le chef d’orchestre. Il va coordonner les grandes étapes de la vie de l’entreprise et être l’interlocuteur avec les autres professions, comme les comptables, les juristes, les fiscalistes etc.

La restitution de l’étude est un bilan patrimonial. Il donne la situation actuelle de l’entreprise et les situations futures envisagées dans le business plan. Le CGPI va également conseiller l’entreprise sur certains points d’optimisation, comme la gestion de la trésorerie ou la mise en place de plan salarial pour motiver les salariés et augmenter la productivité globale de l’entreprise.

Quel type de professionnel solliciter ?

De plus en plus de professionnels exerce la profession de conseiller en gestion de patrimoine : notaire, salarié de banque privée, comptable et expert-comptable, conseiller en investissement financier… En effet, le titre de conseiller en gestion de patrimoine n’est pas réglementé.

Afin d’obtenir un conseil avisé, adressez-vous à des professionnels qui ont l’habitude de conseiller les entreprises dans leurs problématiques patrimoniales.

Indépendant, le CGPI (conseiller en gestion de patrimoine indépendant) saura vous conseiller les meilleurs produits, et cela dans votre intérêt.

Enfin, préférez les professionnels avec des habilitations reconnues par la profession. Notamment ayant le statut de CIF et adhérant à une association de conseillers en investissements financiers.

L’épargne salariale : motiver ses salariés

L’épargne salariale est une solution à destination des salariés. Il permet d’offrir une rémunération supplémentaire à ses salariés tout en diminuant les charges de l’entreprise.

La participation est un type d’épargne salariale. Elle permet de redistribuer une partie des bénéfices de l’entreprise à ses salariés. En jouant collectif, le dirigeant incite donc ses salariés à améliorer le résultat comptable de sa société.

On retrouve, parmi l’épargne salariale, l’intéressement. Ce dispositif consiste à fixer les points de rémunération supplémentaire pour les salariés. Si les objectifs sont atteints, un intéressement est versé avec des charges sociales plus faibles. Non seulement l’entreprise est plus productive, mais en plus le salarié est mieux rémunéré à un coût inférieur pour l’entreprise !

Enfin, il est possible de penser à la retraite de ses salariés en mettant en place une épargne salariale. Cela peut passer par la création d’un plan d’épargne entreprise ou d’un plan d’épargne pour la retraite collective.

Toutes ses solutions sont d’ailleurs un excellent moyen de fidéliser et garder captifs vos meilleurs salariés ! En effet, ce sont les salariés les plus productifs et impliqués qui profiteront directement de ces rémunérations supplémentaires.

La gestion de la trésorerie pour améliorer les revenus financiers de son entreprise

Toute entreprise a un besoin de financement pour fonctionner. Ce sont les capitaux de la société qui permettent à l’entreprise de se développer.

La trésorerie permet à l’entreprise de payer ses fournisseurs, ses salariés, ses factures etc. Pour cela, on qualifie de fonds de roulement le montant qui résulte du décalage entre les rentrées d’argent et les dépenses.

Le Besoin en Fonds de Roulement, appelé BFR en comptabilité analytique, correspond aux décaissements de l’entreprise.

Pour mieux comprendre, prenons un exemple sur le cas d’une personne physique.

Cette personne touche un salaire en début de mois qui lui permet de payer son loyer, ses factures et toutes les autres dépenses (ses dépenses représentent le fonds de roulement). La partie qui excède les dépenses ne rentre pas dans le besoin en fonds de roulement et peut être investi sur un horizon temporel plus élevé, en cohérence avec les sorties d’argent futures. Par exemple, si cette personne souhaite payer son prochain voyage dans 6 mois, elle placera la somme correspondante sur un placement lui permettant de récupérer son argent à cette date.

Pour une entreprise, c’est exactement la même chose. Vous devez vous assurer que votre trésorerie est positive, c’est-à-dire lorsque le fonds de roulement est supérieur aux besoins en fonds de roulement. Dans ce cas, l’excédent peut être placé et investi afin d’en obtenir une meilleure rentabilité :

Pour cela, vous pouvez placer l’argent sur :

  • Un compte courant rémunéré ;
  • Un compte-titres ;
  • Un contrat de capitalisation ;
  • L’usufruit de SCPI : il s’agit d’une solution innovante, très rémunératrice et pourtant peu connue du grand public !

La transmission de l’entreprise : une étape importante pour le dirigeant

La transmission de la société par le chef d’entreprise amène deux problématique :

  • Transmettre correctement sa société pour qu’elle puisse perdurer tout en récupérant un capital satisfaisant pour le dirigeant ;
  • Planifier et prévoir la perte de revenus à la retraite du dirigeant.

En effet, les statuts et la forme juridique de l’entreprise aura un impact sur la transmission de l’entreprise. Il faut donc anticiper la cession afin de vendre et de transmettre le mieux possible sa société.

Enfin, selon les cas, le dirigeant aura peut-être une forte chute de sa rémunération une fois à la retraite.

Dans ce cas, il faut trouver une solution afin de palier à cette chute de ressources. Pour cela, le dirigeant peut profiter de l’épargne salariale de son entreprise (s’il est éligible) ou souscrire à un contrat Madelin. Il existe également beaucoup d’autres solutions, comme la SCPI, l’immobilier ou différents produits financiers pour obtenir des revenus complémentaires grâce aux rentes versées.

 

Plus d’informations :