Unité de compte : définition et conseils pour les choisir

Publié par Cyrille le

fonds en euros et unité de compte

L’assurance vie niche deux types d’actifs financiers : le fonds en euros et l’unité de compte.

Le fonds en euros est un placement à capital garanti. Vous vous assurez donc de ne pas perdre d’argent grâce à ce placement.

Pour les investisseurs souhaitant obtenir des rentabilités espérées plus élevées, en contrepartie d’un capital non garantie, ceux-ci peuvent se tourner vers les unités de compte.

Les unités de compte sont des « paniers » d’actions ou d’obligations gérées par des gestionnaires d’actifs.

Le fonds en euros : le produit garanti

Le fonds en euros est mis à disposition par l’assureur. Il est à capital garanti : l’investisseur est sûr d’avoir un rendement positif (nul à minima). En revanche, les perspectives de rémunération sont faibles : comptez entre 1 et 1,5% nets de frais de gestion pour les meilleurs fonds en euros.

Aujourd’hui, je ne vous conseille le fonds euros que pour son aspect sécuritaire. Vous ne gagnerez pas d’argent avec ce type de fonds mais vous protégerez votre capital. Néanmoins, il perdra de la valeur chaque année puisque son rendement couvre à peine l’inflation…

C’est la raison pour laquelle vous devez être prêt à prendre du risque pour espérer obtenir des rendements intéressants sur le long-terme. L’unité de compte est pour cela recommandée.

 

Les Unité de Compte des assurances-vie

 

Ce type de fonds n’est pas à capital garanti. L’assureur garanti le nombre de vos unités de compte mais pas leur valeur.

La valeur des unités de compte fluctue au gré de la valeur des actifs sous-jacents (contenus dans le fonds).

En réalité, une unité de compte peut être vu comme un panier de valeurs : des actions, des obligations, des titres de créance court-terme, de l’immobilier, des produits structurés ou des produits dérivés plus complexes.

 

Comment gérer ses unités de compte ?

 

Vous disposez de plusieurs modes de gestion dans vos assurances-vie.

Soit vous optez pour la gestion déléguée et un gérant professionnel placera votre argent selon les opportunités financières sur le marché.

Vous pouvez également gérer vous-même votre assurance-vie si vous avez l’expertise et un sang-froid suffisant. Dans ce cas, vous ferez le travail du gestionnaire : sélectionner les fonds performants, les suivre dans le temps, arbitrer les unités de compte etc.

 

Respecter son profil de risque

 

Lorsque vous investissez, vous devez respecter votre profil de risque.

En effet, plus vous acceptez de prendre du risque et plus le rendement espéré sera élevé. En revanche, la valorisation de votre assurance-vie sera plus erratique. Elle fluctuera plus fortement, selon le comportement des marchés financiers.

Si dans l’idéal, le rendement espéré est plus élevé, vous devez être en capacité psychologique de supporter des variations plus ou moins importantes de votre capital. C’est la raison pour laquelle vous devez sélectionner une gestion cohérente avec votre sensibilité au risque.

En effet, il serait dommage de réaliser une moins-value par peur que la valeur des fonds ne baisse plus. Très souvent, les marchés fonctionnent par extrêmes : ils baissent fortement puis reprennent une trajectoire haussière. La tendance sur le long-terme reste haussière.

 

Investir dans des unités de compte sur le long-terme

 

Voici ci-dessous une étude réalisée sur l’indice S&P500. Il s’agit de 500 actions de grandes entreprise américaines.

On observe que les durées de chute des marchés sont très faibles relativement au phase de hausse. Depuis 1930, il y a eu en moyenne :

  • 109 mois de hausse, générant une performance de +476% ;
  • 14 mois de baisse, diminuant les cours de -41%.

Par conséquent, on en déduit qu’il est très peu judicieux de revendre en phase de baisse. La patience récompense l’investisseur !

 

Comment choisir une unité de compte ?

 

Les unités de compte doivent être soigneusement choisies. Elles vous permettront de constituer une allocation diversifiée et performante.

Pour cela, vous devez répartir les risques sur des supports différents :

  • Les fonds actions
  • Les fonds obligataires
  • Les fonds immobiliers
  • Les fonds euros (pour avoir un matelas de sécurité grâce à leur garantie en capital)
  • Eventuellement des produits structurés ou produits dérivés

Je vous conseille également de diversifier par zone géographique et secteur. En effet, l’activité économique d’un pays se reflète dans la valeur de ses entreprises. Que ce soit sur les actions, les obligations ou même l’immobilier !

Votre pondération devra être différente selon les classes d’actif. Mettre le même poids sur chaque fonds n’a pas de sens puisque le risque intrinsèque est différent. En effet, un fonds action varie dans une plus grande amplitude qu’un fonds obligataire ou immobilier !

 

Plus d’informations :