Accueil » Stratégie patrimoniale » Construire son patrimoine » Investir dans l’économie réelle : mes conseils

Investir dans l’économie réelle : mes conseils

Vous souhaitez donner du sens à votre argent ? Que vos investissements contribuent à l’économie réelle et servent les intérêts des entrepreneurs et des consommateurs ?

Je vous donne dans cet articles mes conseils pour choisir un placement adapté pour investir dans l’économie réelle.

Qu’est ce que l’économie réelle au juste ?

Avant de parler d’investir dans l’économie réelle, je pense qu’il est important de définir le terme « économie réelle ».

Si on interroge les français, ils ont du mal à donner une définition précise à ce terme.

L’économie réelle est l’économie liée à la production et l’échange de biens et de services. Par opposition à la finance par exemple, où l’on va chercher plutôt à s’enrichir sur des échanges de titres financiers (les actions en bourse) ou sur des intérêts d’emprunt (les obligations), sans forcément savoir à quoi servira son investissement in fine.

Si on investi son argent pour financer du matériel qu’utilisera un entrepreneur dans le cadre de son activité (le four à pain du boulanger, le tracteur du céréalier ou encore la voiture du peintre), on investi directement dans l’économie réelle puisque son argent servira à la production de biens ou de services.

Au contraire, investir son argent dans des titres financiers avec pour seul but de générer des plus-values, et donc de spéculer ne sert pas forcément l’économie réelle.

Même si acheter les actions d’une entreprise du CAC40 permet à cette dernière de se développer, et donc de recruter des salariés ou encore acheter une usine, l’impact est indirect et la plupart des français vous diront qu’acheter des actions cotées en bourse ne sert pas l’économie réelle directement.

Je dis cela sans aucun jugement bien sûr : nous sommes libres d’investir notre argent là où nos le souhaitons.

Pourquoi est-ce intéressant d’investir dans l’économie réelle ?

De plus en plus, j’observe une préoccupation des français au sujet de leur argent. Ils veulent donner du sens à leur investissement.

Si vous lisez cet article, c’est probablement parce que vous vous demandez comment vous pouvez à la fois rendre votre argent productif pour vous, mais aussi pour les autres.

Investir dans l’économie réelle, c’est donc un acte d’engagement pour contribuer au développement économique de notre pays.

Au-delà de la fierté que cela peut vous procurer, il y a d’autres avantages.

Investir dans les TPE et PME vous permet d’obtenir des avantages fiscaux non négligeables. Par exemple, en entrant au capital d’une petite entreprise non cotée en bourse, vous pouvez réduire vos impôts à hauteur de 25% de votre investissement (attention, ce taux est revu chaque année par le gouvernement).

La rentabilité peut être importante. Acheter des parts d’entreprises non cotées en bourse présente certes un risque plus élevé de perte en capital et une indisponibilité de votre mise (veuillez doser le montant donc), mais aussi un retour sur investissement intéressant. Comptez en moyenne plus de 10%/an sur les investissements de Private Equity.

Comment investir dans l’économie réelle ?

Il existe de nombreux supports pour investir dans l’économie réelle. Pour les choisir, vous devrez connaître votre horizon de placement, votre tolérance au risque et bien sûr vos attentes sur le capital placé.

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez définir une stratégie patrimoniale axée investissements responsables.

En effet, la nature du véhicule d’investissement va considérablement modifier le risque et le rendement :

  • Les actions : ce sont des titres de l’entreprise. En cas de faillite de la société, le risque de perte du capital est maximal, en revanche, le retour sur investissement est important
  • Les obligations : vous prêtez de l’argent à la société et elle vous rembourse (avec des intérêts)

Les actions de TPE, PME et ETI

Cette classe d’actif vous permettra d’obtenir le meilleur rendement possible avec un risque important. Néanmoins, vous intervenez directement auprès du chef d’entreprise qui recherche des capitaux pour lancer ou consolider son entreprise. C’est bien souvent à ce stade qu’il a des difficultés à trouver des financements. Vous l’aidez donc, lui et son entreprise, à croître.

Ces investissements présentent un niveau de risque non négligeable.

La bonne pratique consiste donc à diversifier : investir dans plusieurs entreprises dans des secteurs d’activités différents et à des années différentes. En effet, en cas de crise économique, tous les secteurs peuvent être touchés. Et ne pensez pas qu’investir dans une grosse société est forcément peu risqué (on se souvient de Bon c’ Bon…).

Je vous conseille d’investir par le biais de fonds d’investissements, gérés par des professionnels qui auront accès aux meilleurs conditions d’achat pour vous.

Le crowfunding est plutôt réservé aux personnes souhaitant investir un petit montant (la qualité des projets étant plus hasardeuse).

La dette d’entreprise

Pour se financer, une société peut également prêter de l’argent à des investisseurs privés. Généralement, elle le fait car sa banque n’a pas accepté son dossier. Vous lui permettez donc de concrétiser son projet de développement.

L’entreprise est contractuellement obligée de vous rembourser (capital et intérêts). Vous avez donc un meilleur niveau de sécurité. Attention toutefois, cela ne veut pas dire que vous récupérez forcément votre argent ! Sélectionnez avec soin les entreprises.

Vous pouvez également investir dans des fonds pour obtenir un bon niveau de diversification et un risque maîtrisé par le gestionnaire en charge des investissements.

Quelques investissements dans l’économie réelle

J’ai sélectionné pour vous plusieurs solutions qui répondent aux critères de l’économie réelle.

Le recyclage urbain avec Novaxia

Novaxia est une société spécialisée dans la réhabilitation immobilière. La société achète des immeubles obsolètes (peu performants d’un point de vue énergétique ou qui ne sont plus exploités) avant de les transformer en logements d’habitation.

Cette société permet donc de rénover l’immobilier urbain avec une empreinte écologique plus faible qu’une démolition et construction. Elle répond également au problème du mal logement dans les grandes aglomérations.

Les fonds sont labellisés ISR.

Les Fonds d’Investissement de Proximité

Les FIP sont des fonds qui investissent dans des sociétés non cotées en bourse : les TPE ou PME par exemple.

Vous bénéficiez d’un avantage fiscal et vous permettez le financement de l’économie réelle avec l’acquisition d’actions ou d’obligations par le fonds. Le gestionnaire s’occupe de la sélection des entreprises et de leur vente. Vous récupérez ainsi, au bout de 7 à 9 ans votre capital et les éventuelles plus ou moins values du fonds.

Le Girardin Industriel

Le Girardin Industriel permet de financer l’économie réelle. L’investisseur acquiert des parts d’une société ayant pour objet d’acheter et de louer du matériel pour des sociétés d’Outre-Mer.

L’Etat aide l’investisseur dans le montage en lui accordant une réduction d’impôt. L’opération lui permet d’obtenir un rendement garanti de 10% sur un an.

De son côté, l’exploitant Outre-Mer (cela peut être un artisan, un agriculteur ou encore un loueur de véhicule) achète son matériel bien moins cher. C’est donc un échange gagnant-gagnant !

Envie d’investir dans l’économie réelle ? Inscrivez-vous à ma lettre financière pour ne pas louper mes prochains événements ou contactez-moi directement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.