Investir 100000 euros : quels placements choisir ?

Publié par Cyrille le

investir 100000 euros

Vous disposez (plus ou moins) d’une somme de 100 000 euros et vous ne savez pas comment la placer judicieusement ?

Il existe une multitude de solutions financières pour investir son argent. Néanmoins, vous devez suivre une méthode logique afin de limiter le risque et améliorer au possible le rendement de votre capital.

 

Pour cela, pas d’inquiétude ! Je vous propose une méthodologie simple pour savoir exactement quel type de placement est adapté à votre situation et comment optimiser votre argent en fonction de vos objectifs.

 

C’est d’ailleurs la méthodologie que j’utilise systématique lors des audits patrimoniaux de mes clients.

 

Commencer par déterminer ses objectifs patrimoniaux

 

Vous disposez de liquidités et d’argent disponibles ? Cet argent ne travaille pas suffisamment et mériterait d’être optimisé, certes.

Mais prenez néanmoins le temps de bien connaître vos objectifs et ne pas investir trop vite !

Bien au-delà de la qualité du produit ou de ses frais de fonctionnement, la pire erreur serait d’investir trop rapidement et de regretter son choix au point de désinvestir. Et d’encaisser sa perte financière…

 

Posez-vous d’abord cette première question :

Pour quelles raisons souhaitez-vous placer votre argent ?

  • Optimiser votre capital sur le long-terme ;
  • Préparer votre retraite en vous créant des rentes futures ;
  • Améliorer le rendement sur un horizon moyen-terme tout en protégeant vos enfants ;
  • etc.

Vous pouvez tout à fait avoir plusieurs objectifs pour votre capital de 100 000€. Dans ce cas, il faudra le découper en fonction du coût de chaque objectif.

 

Gardez en tête qu’en contrepartie d’un certain niveau de rentabilité, vous aurez (en théorie) :

  • Du risque, croissant avec le gain ;
  • De la disponibilité, décroissant avec le gain.

 

Un placement très liquide (c’est-à-dire très disponible) et très peu risqué sera peu rentable. Il sera adapté sur un horizon d’investissement court-terme (inférieur à 3 ans).

A contrario, si vous avez un profil de risque plus dynamique ou que vous investissez sur le long-terme, vous pouvez vous permettre de vous diriger vers des placements plus risqués et bloqués pour augmenter le rendement espéré.

 

La bonne manière de procéder est donc de connaître vos besoins à court-terme (épargne de précaution, projets divers…) et de consacrer une partie de votre capital pour vos projets court-terme.

Faites de même pour le moyen-terme (5-8 ans) et le long-terme (supérieur à 10 ans). De cette manière, vous aurez un patrimoine harmonieux et correctement équilibré.

 

Je prends souvent l’exemple d’une pyramide avec mes clients :

  1. Tout d’abord, on construit les fondations : on s’assure que l’épargne de précaution soit suffisante pour avoir des bases saines
  2. On construit ensuite l’étage du dessus : les placements moyen-terme nous permettront de générer de la rentabilité mais de conserver une certaine disponibilité
  3. Enfin, on construit le toit avec des solutions très long-terme. On peut ainsi se permettre d’investir dans des placements risqués ou peu liquides mais qui généreront beaucoup de rentabilité sur le long-terme.

 

Petit zoom sur l’épargne de précaution

zoom epargne precaution

 

Ce concept est fondamental dans la gestion de votre patrimoine et de son exposition au risque.

Je me permets donc de revenir dessus.

 

L’épargne de précaution représente généralement 2 à 3 mois de revenus et vous permet de financer une dépense imprévue (réparation automobile, changement de TV etc.) sans avoir à puiser dans votre épargne investie.

 

Elle se place systématiquement dans les livrets ou les comptes courants afin d’être très disponible.

En effet, négliger son épargne de précaution peut avoir des conséquences désastreuses si vous bloquez tout votre argent dans des solutions plus rentables que votre Livret A.

Une dépense imprévue ? Vous devrez solder vos investissements et éventuellement encaisser une moins-value latente qui se serait probablement transformée en plus-value si vous aviez respecté son horizon de placement.

 

Ne pensez pas que surpondérer son épargne de précaution est une bonne idée.

C’est autant d’épargne qui ne travaille pas et que ne produit pas de valeur sur le moyen long-terme. En effet, ne pensez pas vous enrichir avec le rendement d’un Livret A… (ou même d’un super livret bancaire).

Non seulement l’inflation aura totalement annulé vos gains annuels (et même rongé du capital), mais les intérêts produits seront ridicules.

 

Pour information, il faut 144 ans à un Livret A pour doubler un capital. C’est seulement 14 ans pour un rendement de 5% et 7 ans pour un rendement de 10%… Et ne pensez pas que ces rendements n’existe plus ! (inscrivez-vous à ma lettre financière si vous voulez les connaître).

 

Prenez garde à la fiscalité

fiscalite investir

 

Maintenant que vous avez compris que le rendement c’est bien, mais qu’il faut avoir en tête les inconvénients (le risque et la disponibilité), arrêtez-vous sur votre fiscalité.

Je ne vous apprends rien en vous disant que la France est un pays très taxé.

Pour favoriser l’investissement, l’Etat a mis en place des dispositifs d’investissement favorables pour limiter la fiscalité. Attention, chaque dispositif fiscal (défiscalisation notamment), impose des contraintes en face de cet effort fiscal.

Vous devrez donc vous assurer que ces contraintes sont adaptées à votre projet. Par exemple, les durées d’engagement, les supports éligibles etc.

 

Parmi les investissements intéressants qui permettront de diminuer votre fiscalité (ou de ne pas l’augmenter), on retrouve les enveloppes fiscales suivantes :

Pour l’immobilier, il existe des dispositifs attractifs :

 

Si votre pression fiscale est déjà importante et que vous n’avez pas pour objectif de vous distribuer immédiatement des revenus complémentaires, je vous conseille plutôt de vous diriger vers des produits à capitalisation :

  • L’assurance-vie : horizon de 5 ans minimum pour vous constituer un capital
  • Le PEA / PEA-PME : horizon de 5 ans minimum pour vous constituer un capital
  • La nue-propriété de parts de SCPI ou d’un bien en direct : horizon de 10 ans minimum. Parfait pour vous procurer des revenus complémentaires à terme

 

La fiscalité s’envole dès que vous percevez librement les gains de vos investissements. Retenez des solutions distribuantes uniquement si votre fiscalité est faible ou si vous souhaitez percevoir les fruits de vos placements.

Les revenus issus de l’immobilier traditionnel (la location nue) ou les SCPI seront fortement fiscalisés.

Ne pensez pas que les nouveaux placements soient épargnés : le crowlending ou autres formes de prêts pour particulier et entreprises ne font pas exceptions et génèrent un impôt élevé.

 

Investir dans l’assurance-vie : un placement obligatoire !

 

L’assurance-vie est un excellent placement. Appelé couteau-suisse de la gestion de patrimoine, cet investissement est très flexible.

Parce qu’il répond à tous les objectifs patrimoniaux, s’adapte à n’importe quelle durée de placement ou profil de risque et vous permet de diversifier vos avoirs, l’assurance-vie est indispensable. Si vous n’en avez pas encore, je vous conseille fortement de vous faire accompagner pour en ouvrir une.

 

L’assurance-vie vous permet :

  • D’investir sur une durée plus ou moins longue : minimum 5 ans pour les fonds non garantis (unités de compte)
  • Obtenir des intérêts plus élevés (améliorer la rentabilité).
  • De choisir des supports d’investissement très variés : la bourse, les actions cotées, les obligations, les bons du trésor, l’immobilier, les fonds euros etc.
  • La diversification peut-être très élevée, vous permettant de diminuer fortement le risque sur votre capital investi.
  • De protéger vos proches : vous pouvez désigner un membre de votre famille ou n’importe qui d’autre comme bénéficiaire de votre assurance-vie. En cas de décès, le montant lui sera transmis sans aucun frais de succession (dans une limite de 152 500€ par bénéficiaire).

 

Il existe plusieurs types de gestion d’assurance-vie.

La gestion libre vous permet de choisir vous-même les fonds dans lesquels vous investissez parmi les unités de compte et les fonds euros.

Si vous savez exactement ce que vous faites, vous pouvez choisir cette formule.

 

La gestion déléguée est le second type de gestion.

Il vous permet de déléguer la gestion de votre portefeuille à un gérant d’actif. En fonction de votre profil et des opportunités sur le marché, le gérant va investir votre argent à votre place.

Si cette formule peut vous sembler séduisante, vérifiez bien les conditions tarifaires car généralement cela représente un surcoût.

Si le coût est réduit, faites à présent attention à l’indépendance du gérant… Généralement il aura tendance à choisir ses propres unités de compte pour compenser sa plus faible rémunération.

Il ne faudra donc pas vous attendre aux meilleurs conseils de sa part puisque ses choix de gestion ne seront pas indépendants !

 

Si vous n’avez pas le temps ou les compétences pour gérer votre assurance-vie, je vous recommande la gestion conseillée.

C’est d’ailleurs celle que je propose à mes clients : une gestion libre avec un conseil et un suivi long-terme. Cela leur permet de bénéficier de conseils d’un expert indépendant.

Mes recommandations se basent exclusivement sur les performances des fonds et le sérieux des gérants de portefeuille.

 

Il n’y a aucune contre indication à mettre 100 000€ ou une somme importante sur un contrat d’assurance-vie à partir du moment où l’allocation est adaptée à votre profil et à vos objectifs. En effet :

  • L’assurance-vie est liquide. L’assureur peut vous restituer les fonds en quelques semaines.
  • Les assureurs français sont solides, votre argent est en sécurité.
  • Si vous choisissez une allocation personnalisée, elle sera bien diversifiée et le risque maîtrisé.

 

Le Plan d’Epargne en Actions (PEA) pour investir 100 000€

 

Le PEA est une enveloppe fiscalement intéressante. Elle vous permet de ne pas payer d’impôts sur le revenu de vos plus-values et dividendes perçus.

Pour cela, vous devez vous engager sur 5 ans minimum et investir dans des supports éligibles : principalement des titres européens.

Le PEA est une bonne solution si vous aimez boursicoter ou investir sur le long-terme et percevoir des dividendes de vos actions.

Vous pouvez également investir dans des actions non cotées, avec son petit-frère, le PEA-PME.

De très belles opportunités existent et vous permettent d’accéder à des marchés à l’écart du grand public : le private equity et le capital développement.

Personnellement, je l’utilise pour optimiser la fiscalité des investissements de mes clients en capital développement immobilier. Un bon compromis entre immobilier et investissement en entreprises non cotées sur les marchés financiers.

Si vous avez un capital de 100 000€ à investir, je ne vous conseillerais pas de mettre tout votre capital sur des actions logées dans un PEA.

Si vous n’avez aucune expérience des marchés, je vous recommande même d’en mettre une partie infime, voire de rester à l’écart (à moins d’être accompagné par un professionnel).

Dans tous les cas, le PEA répondra uniquement à un objectif de valorisation de capital sur un horizon supérieur à 5 ans.

 

Ne l’utilisez pas pour vous générer une rente rapidement. Dans ce cas, intéressez-vous plutôt aux SCPI (transition parfaite !).

 

Percevoir des rentes immobilières sans aucune gestion avec 100 000€ de SCPI

 

Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier investissent, avec le capital de leurs investisseurs, dans l’immobilier.

 

Les investisseurs actionnaires perçoivent ainsi les loyers et les plus-values en cas de revente. Principalement, le marché immobilier ciblé est celui des entreprises et des commerces.

Le gestionnaire de la SCPI va gérer l’argent de ses investisseurs, acheter des biens, les mettre en location, faire des relances en cas d’impayés…

La diversification est importante puisque vous pouvez vous exposer sur plusieurs dizaines de biens immobilier (et autant de locataires) à partir de quelques milliers d’euros d’investissement seulement.

Attention toutefois, les loyers des SCPI sont des revenus fonciers.

Ce qui signifie que la fiscalité peut être importante : vous devez vous acquitter d’un impôt égal à votre TMI (taux marginal d’imposition) et des cotisations sociales CSG CRDS.

Néanmoins, si votre fiscalité est déjà élevée, vous pouvez vous diriger vers des SCPI européennes.

En fonction des conventions fiscales avec les autres pays (par exemple l’Allemagne), vous disposez de loyers nets de fiscalité beaucoup plus élevés que ceux distribués par les SCPI françaises.

 

Bref, la SCPI est une solution parfaite pour vous générer un revenu immédiat de votre capital sans aucune gestion et en automatique.

Par ailleurs, le risque de cet investissement est beaucoup plus faible qu’un investissement classique dans l’immobilier grâce à sa diversification.

Avec une seule part de SCPI (de quelques centaines d’euros), vous investissez dans plusieurs centaines de biens immobiliers et de locataires.

 

Jusqu’à présent, je m’étais focalisé sur la SCPI de rendement car elle est parfaite si votre objectif est simplement de générer des revenus immédiats.

Pour des revenus différés, vous pouvez démembrer votre SCPI et investir uniquement dans la nue-propriété temporaire. Puisque vous ne percevrez pas de loyers durant une période prédéterminée, vous bénéficierez d’une décote à l’achat sur le prix de la SCPI. Et bien sûr, vous ne paierez pas de fiscalité puisque vous ne dégagerez pas de revenus.

Par exemple, une part de SCPI en pleine-propriété vaut 100 et les loyers annuels sont de 4. La clé de répartition d’un démembrement sur 15 ans et de 60% pour la nue-propriété et 40% pour l’usufruit.

On achète donc la nue-propriété 60. Si la SCPI n’est pas réévaluée, elle vaudra 100 dans 15 ans et elle distribuera des loyers de 4.

Si on l’avait acheté en pleine propriété, les loyers nets de fiscalité auraient été de 2. L’opération aurait donc été beaucoup moins rentable.

 

Sachez qu’il existe une multitude de SCPI différentes :

  • Des SCPI de rendement pour vous distribuer des revenus
  • Des SCPI de capitalisation qui vont voir leur valeur augmenter régulièrement (mais pas de loyers distribués)
  • Des SCPI fiscales (Pinel, Malraux etc.) pour optimiser votre situation fiscale.

 

 

 

Investir 100000 euros dans le LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel)

investir immobilier lmnp

 

Le Loueur Meublé Non Professionnel est un statut fiscal attrayant qui vous permet d’investir dans l’immobilier et percevoir des rentes immobilières peu fiscalisées. A réserver donc aux investisseurs déjà fiscalisés qui veulent percevoir des rentes.

En effet, grâce au régime réel, vous pouvez comptabiliser des amortissements (usure du bien immobilier et des meubles) qui viendront en diminution du résultat fiscal et donc de l’impôt final.

 

Vous pouvez utiliser ce statut sur de l’immobilier neuf ou ancien.

Généralement, l’immobilier neuf consiste à investir dans des résidences de services, totalement gérées. Vous pourrez ainsi acquérir un bien immobilier avec un risque limité et profiter d’un revenu passif immédiat. C’est le gestionnaire de la résidence qui loue l’appartement à l’investisseur puis le sous-loue aux locataires. Non seulement vous ne vous occupez de rien, mais en plus vous vous assurez d’obtenir le paiement de vos loyers.

Pour l’immobilier ancien, je vous conseille d’acheter un bien à rénover pour augmenter la rentabilité. Personnellement, j’accompagne mes clients sur des solutions clé-en-main avec de fortes garanties sur les travaux. L’exploitation se fait en colocation haut-de-gamme et permet d’obtenir des rendements très élevés.

 

Investir dans les sociétés non cotées

 

Vous pouvez investir dans des fonds d’investissement gérés par des professionnels.

Ces derniers collectent des fonds pour les investir au capital de sociétés (startup, sociétés de taille moyenne ou petite en phase de développement).

Vous participez donc activement au développement économique. Les perspectives de gain peuvent être importantes mais le risque est relativement élevé.

Votre investissement est bloqué sur une durée de 5 à 7 ans et la liquidité est proche de 0. Vous ne pourrez donc pas sortir de votre investissement avant la revente des parts par la société de gestion (nouvelle levée de fonds, introduction en bourse, rachat par un concurrent…).

Ce type d’investissement vous ouvre droit à une réduction d’impôt de l’ordre de 25%.

Je vous conseille d’être bien accompagné pour investir dans ce type de produit qui peut offrir d’excellents rendements (en plus de la réduction d’impôt). Dans tous les cas, réservez une part minoritaire de votre capital pour ce placement.

 

La nue-propriété pour investir dans l’immobilier avec des risques limités

 

Investir dans l’immobilier peut vous exposer à deux risques :

  • Le risque de valorisation du bien : la valeur peut baisser et l’investisseur constatera donc une moins-value.
  • Le risque locatif : vous pouvez subir des impayés de la part de vos locataires.

 

La nue-propriété consiste à acheter un bien mais de céder le droit de perception des revenus à un tiers. Vous transférez donc le risque locatif et bénéficiez d’une décote sur le prix d’achat.

Vous récupérez le plein droit de la perception des revenus au bout d’une durée fixée dès le départ (généralement entre 5 et 15 ans).

Au delà du risque, la nue-propriété est parfaite pour les personnes très fortement fiscalisées. Elles peuvent ainsi placer leur capital qui se revalorisera tous les ans (capitalisation) et ne pas augmenter leur pression fiscale.

 

Sachez qu’il est possible d’investir en nue-propriété sur 15 ans dans un logement ou un programme en direct ou dans des parts de SCPI démembrées. Dans ce dernier cas, la durée de démembrement est très flexible (entre 3 et 20 ans selon les SCPI).

 

En conclusion, la nue-propriété est adaptée aux investisseurs fortement fiscalisés souhaitant revaloriser un capital et obtenir des revenus complémentaires de manière différé.

 

 

Plus d’informations :


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.